• Home
  • /
  • on jase!
  • /
  • La fois où j’ai demandé un break à internet.

La fois où j’ai demandé un break à internet.

( crédit photo : pinterest )

La technologie nous entoure. Elle est là, partout, tout le temps. Nous l’utilisons pour le travail, l’école, les amis…
Mais dernièrement, des maux de tête réguliers sont apparus et certaines fois, la sensation devenait plus forte si bien que j’avais l’impression que ces maux se retrouvaient derrière mes yeux ! Ouach oui, je sais ! Je devais porter des lunettes de soleil même dans la maison parce que toute source de lumière devenait difficile à supporter. Rapidement, j’ai fait un lien entre les écrans que je fixais tous les jours et ces maux. Je commençais sérieusement à me questionner sur ma relation avec tout ce qui est électronique. Je me suis dit qu’il était temps de ralentir la cadence et le nombre d’heures passées devant divers écrans.

Travailler devant un ordinateur toute la journée pour ensuite « relaxer » devant son téléphone ou la télévision? Bofff…

J’ai alors décidé de ne plus toucher à aucune technologie que ce soit durant tout un week-end.


 mrw printer toner unplug daygd GIF

(crédit photo: Giphy)

Dès vendredi soir,  j’ai tout éteint. Plus d’ordinateur, plus de télévision, plus de téléphone, rien. Je me déplug !
Parce que je suis habituée d’être distraite sans arrêt par une application ou un film, j’ai vraiment cru que mon week-end ne serait peut-être pas si beau que ça si je devais m’affronter moi et ma tête de fille anxieuse durant un peu plus de 48h.

Cependant, une pile de livres que je voulais lire depuis longtemps commençait à prendre la poussière. Ouvre un livre, puis un autre, j’ai dévoré presque 700 pages !

En faisant du ménage, je retrouve un carnet à colorier pour adultes et ses crayons ! J’ai dû y passer  plusieurs heures, certains !
Assise sur mon balcon, à griffonner quelques mots de poésie, depuis le temps que je voulais m’y appliquer.
Je me suis remis à cuisiner, à dessiner…
Aucune sonnerie, aucun appel. Facebook, Instagram, SnapChat, tout ça n’existait plus.
Ce n’était que moi et ce que j’aime vraiment. Passer mes journées à faire ce qui me tente quand ça me tente!

Je profitais pleinement de la beauté de ce qu’on appelle communément « le moment présent ».


(crédit photo: pinterest, artiste Heather Stillufsen )

J’ai pris également du temps pour mon bien-être physique, masque rafraichissant, douche très longue, pyjama tout doux et pantoufles de lapins, le party était pogné, tsais veux dire !


 music dance 90s vintage cartoon GIF

(Crédit photo: Giphy) 

Ces deux jours m’ont finalement procuré un bien fou ! C’était une pause que je me devais de vivre depuis longtemps. « J’aurais dû le faire avant » que je me suis dit dimanche soir. 48h loin d’un monde virtuel et artificiel. Tu passes du bon temps avec ton frère, ta sœur ou des amis ? Ne le filme pas, profite. Instagram continuera de vivre sans toi. Tu profites du beau soleil assise sur ton balcon et tu te dis que ça, c’est la belle vie ? Facebook peut attendre quelqu’un d’autre ou une autre occasion. ( anyways, des photos de soleil, c’est comme du sucre dans du Nutella, y’en manque pas !! )

Je pense instaurer ce petit 48hrs assez régulièrement à mon horaire. C’est important de sortir un peu de ce tourbillon de temps en temps. Si tu sens que ton cerveau se transforme en jello ? Prend un break. Même de quelques minutes, un petit repos tout simple.

C’est ben beau le petit emoji de caca, de la licorne ou celui de la petite fille avec la main vers le haut, mais ils nous bouderont pas si on les laisse quelques jours.


 day world cheezburger celebrate just GIF
( crédit : giphy )


Je veux terminer avec  une citation de ma chère âme sœur Anne Shirley :

« N’est-ce pas magnifique de penser à toutes ces choses qui existent, à tout ce qu’on peut découvrir ? Ça me rend si heureuse d’être en vie dans un monde aussi intéressant ! »

 

Seychelle Fournier

 

Laisser un commentaire