Marilyn Monroe, mes confessions….

J’ai vu Marilyn Monroe laminée, en carton, en papier, en macarons, en carte postale… sous plusieurs angles, mettons. Voilà à quoi ressemblait le sous-sol de mes grands-parents quand j’étais petite. Rien de très alarmant ou d’obsessif non, non, mais quand mon grand-papa commençait une collection d’objets, peu importe de quoi il pouvait bien s’agir, il n’y allait pas avec le dos de la cuillère ! Marilyn Monroe faisait donc la « décoration entière principale » du sous-sol durant ma petite enfance.

On avance dans le temps, 2011, j’ai 15 ans. La mode est aux pin-up et au rouge à lèvre rouge ! Elvis Presley jouait en boucle dans mon iPod et j’ai récupéré les cadres et tout ce que feu mon grand-papa possédait à l’effigie de Miss Monroe pour être dans cette « mode » vintage à tout prix. Avant d’acquérir ces objets avec le visage et le corps de Marilyn Monroe dessus, je ne m’étais jamais vraiment attardée à elle : je savais bien pourquoi les hommes achetaient les calendriers et les cadres de Marilyn Monroe. C’est Marilyn Monroe, tsais !

Mais qui était la femme derrière ces clichés ? Je n’en n’avais pas la moindre idée. Et maintenant que je la voyais au quotidien, la question me revenait de plus en plus souvent et je m’agaçais moi-même à ne pouvoir me répondre.

Parmi tout ce que j’ai récupéré de la collection, se cachaient un peu moins d’une dizaine de livres sur Marilyn. Cela passait de la biographie, au mystère concernant sa mort et quelques-uns remplis simplement de photos inédites.

Je lis donc un, puis deux, puis trois livres sur Marilyn Monroe. Je comprends alors avec stupéfaction que Marilyn n’est qu’en fait qu’un personnage de scène créée de toute pièce par les hommes et ses fans. Sous la starlette, le cœur qui bat, est celui de Norma Jean. Une jeune et fragile Norma Jean, maintes fois rejetées.

J’avais l’idée et l’envie d’écrire sur Marilyn depuis plusieurs semaines. Sans trop savoir où me diriger, j’ai maintes fois tenté de commencer un……… un quelque chose. Je n’étais jamais satisfaite.

Comme par magie, un article vient se poser gentiment au travers de mon accueil Facebook.
«  7 livres pour voir Marilyn autrement.  »

C’est un signe.

(crédit : giphy )

Mon choix s’est arrêté sur « Confession inachevée ». Un début d’autobiographie expliquant la vie de Marilyn par Marilyn elle-même. Qui de mieux pour tout raconter, je vous le demande !

Miss Monroe relate en détail son enfance, son premier mariage à 16 ans, ses emplois durant la guerre ‘’39 -‘’45, ses débuts comme mannequin… jusqu’à son mariage avec la grande vedette de baseball Joe DiMaggio. Ses mots seront couchés sur papier par son ami Ben Hecht.

( crédit : giphy )

J’ai passé deux journées à ne rien faire d’autre que de m’imprégner de ses mots. J’avais une forte impression de la voir devant moi tout me raconter dans ses paroles, son vocabulaire… je percevrais sa voix, à certains endroits.

Un exemple, aux premières  :
« Très souvent, je me sentais si seule que j’avais envie de mourir. J’essayais de me consoler en me laissant aller à mes rêves éveillés, mais impossible d’imaginer que l’on pouvait un jour m’aimer comme l’étaient d’autres enfants sous mes yeux. »

( source : quotidiano.net )

La petite Norma vit une des enfances les moins réjouissantes du monde  vivre avec la conviction qu’elle ne sera jamais à la hauteur ou n’aura le mérite d’être aimé.

Marilyn le dira elle-même, cette petite fille restera toujours dans le cœur de cette grande star d’Hollywood malgré les grandes doses d’amour délirantes qu’elle recevait partout où elle passait.

C’est durant l’adolescence que Marilyn comprend l’impact que son corps peut avoir sur les autres. Elle comprend que cette attirance est liée à la sexualité, mais ne s’y intéresse pas à cet âge.  Adolescente, elle  sait qu’elle veut devenir une actrice, une grande actrice ! Elle se fait remarquée par un photographe pendant qu’elle travaille durant la deuxième guerre.

Plusieurs obstacles se mettront en travers de son chemin, mais elle reste déterminée. Elle sera une actrice.

( source : nytimes.com )

Elle devient figurante dans quelques petits films. On lui met des bâtons dans les roues en coupant les scènes où elle apparaissait disant qu’elle n’est pas assez photogénique.
( Lui il devait pleurer de regrets sur un moyen temps par après, tsais veux dire ! )

Elle continue le mannequinat et rencontre Johnny Hyde, c’est lui qui fera décoller la carrière de Marilyn et trouvera l’idée de lui donner un nom de scène : ce dernier aimait beaucoup le prénom Marilyn et elle vouait utiliser le nom de jeune fille de sa mère, Monroe. Ta dah !

( Marilyn Monroe et Johnny Hyde. source : fanpop.com )

Son premier rôle parlant, elle l’obtient dans All About Eve avec une actrice que j’ai toujours trouvé superbe, Anne Baxter qui y tient le rôle principal. Marilyn n’est dans le film que durant quatre scènes.

( crédit : giphy )

Par après, vous connaissez la suite.

( crédit : giphy )

En terminant ma lecture, je ne pouvais que l’admirer davantage. Marilyn est une femme intelligente, mais brisée par une vie lourde de difficultés et un désir criant de compter pour quelqu’un. Pour elle, le bonheur viendrait dans les bras d’un homme amoureux qui lui procurerait la sécurité et l’amour éternel. Tu savais que Marilyn voulait des enfants ? Moi, je crois qu’elle aurait fait une très bonne maman…  mais je m’égare.

L’insécurité, l’envie d’être tant aimé, le besoin de se faire remarquer, vouloir briller…. N’est-ce pas ce que nous voulons tous au fond, ou du moins nous avons tous une petite partie de nous sensible à ce point ? Peut-être suis-je la seule ? Non, cela serait fort surprenant.

Marilyn, pour moi, représentait la vulnérabilité de tout être humain, sous une beaucoup plus grande échelle, certes. Cette femme vivait dans un profond malheur, le malheur de l’amour , ou du rejet de l’amour, devrais-je dire !

Grâce aux nombreuses biographies et entrevues que j’ai  lues, et tout particulièrement « Confession Inachevée », je vois maintenant une belle humaine pleine de talent, une personnalité rayonnante, du charisme, de la bonté… mais qui malheureusement, ne recevra jamais autant d’amour qu’elle l’aurait souhaité tout au fond d’elle.

En continuant de me renseigner, la chanteuse de ‘’Diamonds are a girl’s best firends’’ me devient presque « familière ». Je reste toujours aussi étonnée de comprendre à ce point cette femme 55 ans après son décès. Et je suis certaine que je ne suis pas seule.

J’aurais aimé écrire tous ces mots pour donner un message de confiance en soi. Pour apprendre à s’aimer et ne pas vivre comme Marilyn dans la dépression profonde et croire que personne ne voudra véritablement un jour de nous. Je travaille beaucoup trop sur ma confiance en moi pour pouvoir donner quoi que ce soit comme conseil…

Bref ! J’arrête ici parce que je pourrais continuer durant encore bien des pages !

Si tu as envie de te procurer le livre en question : c’est ici !


Seychelle Fournier

Laisser un commentaire