Ronde et enceinte.

J’ai toujours été ronde, même petite, j’ai toujours eu un problème de poids et malheureusement, les problèmes d’estime de soi qui viennent avec. Malgré le travail acharné de mon entourage, j’ai grandis avec le sentiment de ne pas être « normal », un sentiment de mal-être et de toujours sentir les regards de jugement vers moi, même si je sais parfois que mon imagination exagérait.

Vous me direz, si tu es si mal dans ta peau, pourquoi tu ne fais rien pour changer ça?

Eh bien j’ai essayé, très fort même. Un moment donné, les efforts n’apportent pas totalement les effets qu’on s’entendait et on abandonne. Et on recommence encore et encore. Heureusement j’ai rencontré un homme extraordinaire quand j’étais au secondaire, j’avais 15 ans et je peux te dire que j’en avais des complexes, mais il été là pour moi et il a réussi un exploit; me faire sentir belle, mais vraiment pour une fois dans ma vie. Avec le temps et un grand travail sur moi-même, j’ai cru que ses problèmes de confiance étaient disparus ou du moins, qu’ils ne m’empoisonneraient plus ma vie.

Le jour arriva où je suis devenue enfin enceinte

après 1 an et demi d’hormones et d’acharnement, mon petit bébé miracle est là. Wow. Et l’une des premières pensées qui m’est venue est tout simplement : « Personne ne verra jamais ma bedaine de femme enceinte. »

 Et c’est après que cette simple phrase m’est venue aussi vite en tête que j’ai compris que mon travail que j’avais commencé sur mon estime était loin d’être terminé. J’avais passé la pire année de ma vie à vivre dans l’attente et a envier  tous les autres qui avaient la chance d’avoir un enfant qui grandissaient en eux, mais quand j’ai enfin ce petit bonheur qui pousse en moi, je n’ai que mon apparence qui me vient en tête.

Je suis maintenant au tier de ma grossesse, mon corps ne changera jamais comme plusieurs femmes de mon entourage, mais j’ai compris que mon corps change à sa façon et que le plus important, c’est  que je le sais que mon bébé miracle grandit en moi. Je sais que j’ai beaucoup de chemin à parcourir, car je ne veux absolument pas que mes enfants se sentent comme je me sens et que j’aurai beaucoup de travail avec ce que la société nous projette, mais je sais en-dedans de moi que je serai capable d’en avoir la force.

 

 


Sans titrefffffff 1

Jennifer Chabot

2 Comments

Laisser un commentaire

Please copy the string 6nvGqR to the field below: