Jouer avec le feu? Pourquoi pas

Dernièrement, j’ai participé à une conférence où l’on devait apprendre à maîtriser nos peurs et nos émotions en effectuant des activités hors du commun.

Avant, je vais vous explique ce qui m’a amené à faire cette conférence … une deuxième fois. La première fois que je l’ai fait, c’était il y a 2 ans. Le conférencier est un de mes amis et il m’a dit que si l’événement n’allait pas changer ma vie, il allait me rembourser mon billet. En fait, je n’ai jamais eu à lui demander de me rembourser. Seulement deux mois après la conférence, j’ai quitté mon travail dans l’univers des communications et des célébrités pour remettre mes objectifs personnels en question. Dans ce processus, j’ai réalisé que j’étais à la seule à pouvoir me préoccuper de ma vie et je devais prendre soin de ma santé physique et surtout … mentale.

À lire également : J’ai reçu mon diplôme du secondaire à 21 ans.

J’y suis retourné pour faire découvrir l’expérience à ma meilleure amie qui avait besoin d’un tournant dans sa vie. Lors de la conférence, nous avons eu un cours théorique sur comment créer et atteindre nos objectifs personnels. Tout d’un coup, on nous annonce qu’on doit casser une flèche avec … notre gorge. En fait, c’est d’appuyer une flèche sur un mur et l’embout pointu doit être accoté sur notre gorge. C’est fou hein? Le principe était d’avancer vers la flèche jusqu’à ce qu’elle casse. Je peux vous confirmer que ça se fait, car j’ai cassé 4 flèches à date et je suis encore là pour en témoigner.

(credit photo: Gabrielle Richer)

On continue la conférence avec une grosse dose d’adrénaline et à la fin, on a une deuxième activité à vivre ou survivre. D’ailleurs, le titre de l’article n’est pas un jeu de mot pour rien, car nous avons marché sur le feu. En fait, sur un tapis de braise de 1 200 degrés. Oui, la fameuse question, pourquoi j’ai fait ça? Je vous relance la question. Pourquoi il y en a qui saute dans le vide avec une toile pour les empêcher de mourir? On fait tous des expériences risquées dans nos vies, mais à différents niveaux et on le fait sans réfléchir ou peser le pour et le contre. C’est juste une question d’affronter ses peurs et d’avoir une dose d’adrénaline.

feu(credit photo: Gabrielle Richer)

L’objectif de cette activité est de briser une croyance profonde, soit que le feu fait mal. Quand on reste convaincu que le feu n’est pas chaud alors qu’on peut marcher dessus, où est la limite après? C’est une question de focus! Par exemple, vous devez passer une entrevue pour un poste. Si vous êtes certain d’être le candidat parfait, vous n’aurez pas la même énergie que si vous vous dites être le pire être humain sur terre. On s’entend? Ça m’amène à vous parler de mon option sur la maîtrise de nos peurs et de nos émotions.

Après cette conférence, j’ai compris que nos peurs sont juste une perte de temps. Nos peurs nous empêchent d’être à notre plein potentiel et d’accomplir tant de projets. On a peur de ne pas être assez bon, d’être rejeté, de décevoir, etc. Je ne vais pas vous énumérez toutes les peurs en lien avec l’estime de soi, car on en parlerait pendant 2 heures. Vous devez savoir que si vous faites face à une peur, vous devez passer à l’action au lieu de vous imaginer 100 scénarios d’échecs dans votre tête. Je vais citer mon ami qui a dit : « 95% des peurs qu’on a en tête n’arriveront jamais ». Donc osez foncer sans réfléchir!

Voici un mantra qui m’aide à arrêter de penser à mes peurs : « Au lieu de perdre ton temps à réfléchir, utilise le pour passer à l’action. ». Oserez-vous?

 

 


Gabrielle Richer

Laisser un commentaire

Please copy the string Szj4iO to the field below: