Je te trouve bon, mon amour.

amour

Je te trouve bon, mon amour. Je te trouve bon de prendre le temps d’analyser la situation pour comprendre. En fait, d’avoir pris le temps de me comprendre. Tu me connais dans mes pires, comme mes meilleurs moments et tu sais comment me gérer dans ces temps-là. Tu sais, quand que ma maladie s’empare de moi. Quand mon trouble anxieux devient trop grand et prend trop de place dans ma tête et mon coeur.

À lire également: Tinder m’a donné l’amour.

Toi, tu es là et soudainement, tu te transformes en une sorte de grosse boule de chaleur, une couverture de laine bien chaude, un réconfort. Tu me prends dans tes bras, me caresse les cheveux et m’apaise avec des mots doux, me rappelant que tout ira bien.
Tu restes calme, tu écoutes. Tu ne me juges pas, tu fais juste être là de la meilleure des façons. Je ne sais pas comment tu fais. Des fois, je me dis que tu dois être magicien, car en un seul geste, tu fais disparaître les tempêtes de mon être.

Mon amour, tu es parfait.

Je te dis souvent que je ne sais pas comment tu fais pour m’endurer, car je sais que je ne suis pas toujours facile à vivre et tu pars à rire et me dit simplement que tu m’aimes. Tu me vois me dégrader souvent et c’est là que tu me dis ne pas comprendre, car toi, tu vois des choses que je ne vois pas de ma personne… C’est là que tu te mets à me raconter l’histoire de qui je suis. Pas mon passé ou ce que j’ai vécu. Vraiment qui je suis. Et je pleure chaque fois, comme quand je regarde Mama Mia : Here we go again durant My love, my life. Je pleure, car tu me fais me voir autrement que le monstre que je crois être.

amour
Source : www.unsplash.com

Tu es bon, mon amour. Je ne sais pas comment tu fais, mais tu fais bien ça. Je n’aurais pas pu demander mieux que toi dans ma vie à fin de m’y accrocher un peu plus. Tu es mon meilleur ami, mon confident, ma sagesse, mon miroir. Grâce à toi, je grandis. J’apprends aussi à suivre mes convictions, m’affirmer un peu plus, être la personne que j’ai toujours voulu être. Et quand je te dis ça, tu me dis que je suis déjà cette personne, que j’ai juste peur de l’afficher et tu as tellement raison.

Je ne sais pas si tu savais dans quoi tu t’embarquais avec moi, mais tu l’as fait quand même. Pour le meilleur et pour le pire.
Tu es bon, mon amour. Merci d’être qui tu es. Merci pour tout ce que tu fais. Merci d’être mes yeux quand je ne vois pas, d’être mon appui quand je dois me relever, de me faire croire à nouveau en mes rêves, nos rêves aussi quand l’espoir s’estompe sans raison. Merci… pour tout, même ce que j’aurai oublié. Car au fond, tu sais ce que je veux dire même quand je ne le dis pas.

View Comment (1)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

 

 

© 2020 Copyright Le flamant rose. The issue - Développé par Fuelthemes. Propulsé par WordPress.